Get Adobe Flash player

Les objectifs de la formation

La période d’enseignement n’est pas une redite de l’université. Les cours ne portent donc pas sur les règles de droit ou de procédure mais sur la manière dont elles sont mises en œuvre dans la pratique de la profession d’avocat. Ils portent également sur des sujets qui n’ont pas été enseignés à l’université, tels que la déontologie, le management de cabinet ou encore la vie professionnelle.
La période d’enseignement, qui n’a pas non plus vocation à se substituer à l’expérience qui sera acquise dans les cabinets, doit cependant y préparer avec les objectifs suivants : former les élèves avocats aux réflexes qu’ils devront avoir au cours de leur vie professionnelle, que ce soit dans le domaine du contentieux ou celui du conseil ; les préparer aux rapports qu’ils auront, dans leur vie professionnelle, avec les magistrats, les administrations, les policiers, les acteurs de la vie économique, leurs confrères et, bien évidemment, leurs clients. L’esprit du programme de l’EFB est donc, dans le cadre des volumes horaires obligatoires fixés par le CNB, de dispenser une formation équilibrée en contentieux et en conseil, en amenant les élèves avocats à savoir quelle question poser, à qui, à quel moment, quelle stratégie suivre, quel moyen soulever, quand, devant qui…

Livret du futur élève avocat (page 5)

Livret du futur avocat (pages 12 à 33)

Methode pedagogique : Les cours et les foisonnements

Des slides ou cours élaborés par les responsables pédagogiques seront mis en ligne, accompagnés du matériel approprié (documents élaborés par le CNB ou par les ordres, protocoles entre les barreaux et les juridictions, modèles pour chaque type de conventions / écritures étudiés, articles de doctrine), avant chaque cours de formation à la pratique professionnelle, de manière à ce que les élèves puisent préparer chaque séance en amont et approfondir ensuite chez lui les notions enseignées.

Les élèves sont formés à la rédaction de contrats et à la rédaction d’écritures par des avocats, des magistrats et des personnalités qualifiées chaque fois que cela est opportun.

Ils réalisent un premier exercice de foisonnement au début de l’année (deux exercices contentieux au choix devant les juridictions suivantes : TJ, juge des référés, cour d’appel, conseil de prud’hommes et juge administratif, outre un exercice de rédaction d’acte d’avocat), noté, annoté et corrigé en classe ou commenté et noté pour la partie plaidoirie, de manière à ce que les premiers enseignements puissent être intégrés de manière concrète par les élèves ;

Deux exercices de foisonnement sont également organisés en milieu d’année, également notés et toujours annotés puis corrigés en classe et commentés lors des plaidoiries. Chaque exercice de foisonnement porte sur la rédaction d’au moins un contrat et un acte de procédure, accompagnés d’une consultation, et, selon le cas et l’opportunité, d’un MARD ou d’un autre contrat ou d’un autre acte de procédure.

Les exercices oraux sont soit une plaidoirie devant une juridiction, soit un exercice oral MARD, soit la présentation et la justification, par binôme, du contrat rédigé (modifié le cas échéant après les corrections), pour simuler la situation dans laquelle les conseils devront expliquer les termes retenus et rédigés ensemble à leurs clients.

Afin que ces exercices soient efficaces et permettent aux élèves de se tester effectivement, les cours sont réduits au plus strict minimum pendant les semaines au cours desquelles les élèves doivent travailler à la rédaction.

L’ensemble des cours relatifs au contentieux et au conseil sont déroulés selon la méthode suivante : le ou les intervenants doivent expliquer aux élèves comment diriger une procédure ou aboutir à un contrat en partant de la réception du client par l’avocat en passant par les différentes phases (échange d’écritures, data-room…) jusqu’à l’issue propre à chaque cours (audience de plaidoirie, contrat ou encore procédure d’homologation).

Des groupes sont constitués (24, 12 ou 8) pour les matières qui nécessitent un échange important entre les intervenants et les élèves qui sont mis en situation (salles d’audience, cabinets, Lab EFB…), en particulier lors de la correction de devoirs réalisés à domicile : rédaction d’acte d’avocat, de contrats, de projets en groupe, d’écritures et de consultations et exercices de plaidoirie.

Afin que la déontologie, qui est nouvelle pour les élèves, soit concrète dans l’esprit des élèves, les ordres et leurs commissions, les bureaux d’aide juridictionnelle et les juridictions seront associés à la formation des élèves afin que ceux-ci puissent appréhender in concreto les règles enseignées par l’école. Un exercice de foisonnement, composé par des membres du conseil de l’ordre, est proposé, basé sur des situations réelles.

Les modules relatifs à l’avocat connecté, à la tenue de réunion/au travail en groupe et au mangement de cabinet/de la vie professionnelle sont entre autres exploités de manière à former utilement les élèves aux nouvelles technologies et aux nouveaux outils/nouvelles professions qui émergent avec la révolution numérique actuelle et l’interprofessionnalité, ce qui est ensuite rendu pratique et concret avec l’élaboration d’un projet (choisi par groupes de 48 au cours d’une séance de jeux de rôles en cabinet puis réalisé par deux groupes de 8) qui donne lieu à une présentation par chacun des groupes de 8 dans le Lab EFB.

L’enseignement de la médiation est assuré dans le module MARD mais aussi dans le module de négociation, et également à l’intérieur de chaque parcours (ex : médiation pénale, procédure participative, choisir le MARD le plus adapté…) ; le module de psychologie évoque également la médiation

Le programme de management de la vie professionnelle a été adapté au e-learning mis à la disposition des écoles par le CNB et destiné à être complété par le présentiel. Les intitulés et les contenus des cours ont été adaptés à ce e-learning dont le présentiel est la continuité et l’approfondissement. Des adresses dédiées sont créées par vidéo de manière à permettre aux élèves de poser leurs questions avant le cours et à rendre chaque cours plus interactif et intéressant via une réponse aux questions qui auront été posées et intégrée dans le cours.

De manière générale, tous les cours sont assurés par des avocats et des magistrats, policiers, médiateurs, directeurs juridiques, experts, notaires, experts-comptables, CAC, mandataires judiciaires, legaltechs, présence dans les audiences et commissions à l’ordre, consultations gratuites (présence des clients)… donc les élèves sont en permanence au contact des interlocuteurs de l’avocat, indépendamment du cours de 3h prévu par le CNB

Le volume horaire laissé libre par le CNB est exploité par l’EFB pour donner aux élèves les outils qui leur permettront de favoriser une meilleure appréhension de la vie professionnelle concrète et quotidienne ainsi que la maîtrise de la gestion d’un équilibre en cette vie et la vie personnelle ; d’ailleurs cette orientation imprime l’ensemble de la formation. L’école favorise la participation des élèves à des exercices pratiques les rapprochant de la vie active tels que les cliniques juridiques, les concours, les opérations « pro bono » (barreau solidarité, barreau des rues…).

Le module « savoir gérer son stress » est assuré par des sophrologues qui assurent un enseignement à la fois théorique et pratique, alternant slides et exercices de respiration, de méditation…

Le contrôle continu est composé de notes à des QCM mis en ligne après certains modules, des notes obtenues aux foisonnements (soit 6 foisonnements contentieux, 3 foisonnements conseil et 1 foisonnement déontologie), des notes obtenues aux projets, de la note obtenue en langues étrangères, des notes obtenues à des modules optionnels (clinique juridique, concours...) ainsi que de la note obtenue au CAPA blanc (examen de 5 heures la dernière semaine).

Créé en 2018 à l’initiative du bâtonnier Marie-Aimée Peyron, président de l’EFB, le LAB vise à répondre à une demande du terrain : préparer les futurs collaborateurs à la transformation numérique du métier d’avocat. Son ambition est ainsi de former tous les élèves avocats à des compétences nouvelles qui viennent compléter leur expertise juridique.

Le Lab fait travailler les élèves avocats sur une thématique métier autre que juridique, sous l’accompagnement d’un tuteur, en équipe, en autonomie et en “mode projet”, en vue de “pitcher” un projet devant un jury comme ils le feraient dans le monde professionnel.

Chaque année, ce sont près de 1900 élèves avocats qui vivent cette expérience, sortent de leur zone de confort et développent près de 300 projets pitchés devant une centaine de professionnels du secteur juridique.

Les thématiques métier que le Lab permet d’explorer concernent notamment : la création de nouveaux services, le marketing (qu’il soit de contenus et ou d’influence), l’organisation interne et la QVT (Qualité de Vie au Travail), l’automatisation juridique, le Legal Design, etc.

Les élèves avocats sont affectés à un atelier dirigé par un tuteur.
Les tuteurs du Lab sont des professionnels passionnés et expérimentés qui ont à cœur d’accompagner les élèves avocats tout au long du processus de création de leur projet. Ils donnent les bases méthodologiques de leur domaine aux élèves avocats, leur fournissent une feuille de route et les conseillent sur leur projet à l’occasion de séances de coaching.

Le Lab, c’est avant tout le travail d’équipe.
Les élèves avocats sont répartis de façon aléatoire dans des équipes pouvant aller de 3 à 6 membres. Il s’agit de les pousser à créer une dynamique et à fonctionner de manière fluide avec des personnes qu’ils n’ont pas choisies.

Les équipes travaillent en autonomie et en mode projet.
Elles ne rendent pas un “devoir”, elles développent un projet et produisent un livrable. Le Lab, c’est l’occasion de se montrer débrouillard et professionnel à la fois : trouver une solution qui n’existe pas à un problème jamais posé, mais le faire avec méthode et parvenir à convaincre du bien-fondé du résultat.

Passage obligé du Lab : le pitch devant un jury.
Il ne s’agit pas d’un exposé, mais bien d’une vente : la vente de la solution que les élèves avocats ont produite. C’est un exercice à la fois créatif et codifié auquel tout professionnel est confronté dans sa carrière, qu’il s’agisse de convaincre un client d’une stratégie, de convaincre sa hiérarchie d’une démarche commerciale ou d’une réorganisation ou encore de convaincre des partenaires de vous accompagner dans un projet entrepreneurial.

EFB

Tél : 01 80 22 01 53
Etablissement accessible 
aux PSH (personnes en
situation de handicap)

referent.handicap@efb.fr



 

 

 

Réalisation : Agence Web Conseil